Derniers commentaires
Fil infos
 
 
 
 
Match du quatrième as : une étrange tendance
le 4 octobre 2016 à 18:39
Match du quatrième as : une étrange tendance
D'avoir le dernier tour au bâton devant ses partisans en liesse n'a pas tellement aidé les équipes locales dans les huit premiers matchs pour le quatrième as. Présentés pour une cinquième années, ces matchs où les gagnants accèdent aux séries de division ont plus souvent qu'autrement favorisé les visiteurs, qui ont une fiche de 6-2 - de bon augure pour les Orioles de Baltimore et les Giants de San Francisco. Les Orioles, les Blue Jays de Toronto, les Giants et les Mets de New York tenteront également de devenir la deuxième équipe championne de la Série mondiale à avoir amorcé son parcours éliminatoire par ce match au quatrième as. Les Giants sont pour l'instant les seuls à avoir réussi l'exploit, en 2014. Ils avaient alors vaincu les Royals de Kansas City, aussi issus de cette rencontre sans lendemain. Prenons le temps de revisiter les quatre années de ces duels pour le quatrième as en marge des matchs de mardi et mercredi. Beaucoup de jeux blancs Quatre de ces huit rencontres se sont soldées par un blanchissage. Les Pirates de Pittsburgh en ont été victimes deux fois. En 2013, Alex Cobb, qui avait raté une partie de la saison après avoir été atteint à la tête par une balle frappée en flèche, s'est sorti d'impasse trois fois en sept manches pour mener les Rays de Tampa Bay à une victoire de 4-0 face aux Indians, à Cleveland. En 2014, l'as des Giants Madison Baumgartner - qui sera le partant contre les Mets mercredi - a retiré 10 frappeurs sur des prises et n'a eu besoin que de 109 lancers pour limiter les Pirates à quatre coups sûrs, leur infligeant un revers de 8-0 devant leurs partisans. L'an dernier, Jake Arrieta, des Cubs de Chicago, a refait le coup aux Pirates. Il les a limités à quatre coups sûrs pour conduire les Cubs à leur première victoire éliminatoire en 12 ans, 4-0. Aussi en 2015, Dallas Keuchel a affronté les Yankees de New York après trois jours de repos seulement et ne leur a permis que trois coups sûrs en six manches. Trois releveurs ont terminé le travail dans un gain de 3-0. Débuts très à propos Ces matchs au quatrième as,« Wild Card game » en anglais, ont connu des débuts très « wild », justement. Le tout premier match, en 2012, qui s'est avéré être le dernier de la carrière de Chipper Jones, a été interrompu pendant 19 minutes alors que les spectateurs ont inondé le terrain du Turner Field de verres de bière, de sacs de maïs soufflé et d'autres débris à la suite d'une décision très contestée. L'arbitre Sam Holbrook avait appelé une chandelle intérieure après que l'arrêt-court des Cardinals de St. Louis Pete Kozma eut signalé qu'il allait capté un ballon frappé à l'entre-champs gauche. Mais au dernier instant, Kozma s'est retiré et la balle est tombée. Les Braves d'Atlanta croyaient alors pouvoir profiter de coureurs sur tous les coussins avec un seul retrait, avant de réaliser que Holbrook avait plutôt appelé une chandelle intérieure. Les partisans ont répondu en lançant tout ce qu'ils pouvaient trouver sur le terrain. Les Cards ont gagné le match 6-3. Ils ont atteint la série de championnat de la Nationale, s'inclinant en sept rencontres devant les Giants. Fin de match électrisante La match au quatrième as de l'Américaine de 2014 est possiblement le plus excitant à avoir été disputé. Les Royals tiraient de l'arrière 7-3 devant les Athletics d'Oakland en huitième et 8-7 en 12e avant que le simple de Salvador Perez le long de la ligne du champ gauche ne fasse marquer deux points et ne procure la victoire aux siens, qui participaient à un premier match éliminatoire depuis 1985. Le plus gros coup de canon L'arrêt-court des Giants Brandon Crawford est devenu le premier arrêt-court du baseball à frapper un grand chelem en match éliminatoire, expédiant l'offrande d'Edison Volquez, des Pirates, derrière la clôture en quatrième manche en 2014, rompant une égalité de 0-0. Surprise Tout peut se produire quand votre avenir ne se joue que sur une rencontre, mais la victoire de 5-1 des Orioles contre les Rangers du Texas à Arlington, en 2012, est possiblement la plus grosse surprise de ces matchs au quatrième as. Joe Saunders, acquis en fin de saison, faisait face à Yu Darvish. Il n'avait concédé qu'un coup sûr en cinq manches et deux tiers, menant les Orioles à leur première victoire éliminatoire en 15 ans et chassant du même coup les doubles champions en titre de l'Américaine.

Discussion sur l'actualité sportive

Créer une discussion