Fil infos
 
 
 
 
Des corticoïdes dans les urines de Carter, Rokocoko et Imhoff !
Football - le 7 octobre 2016 à 01:15
Des corticoïdes dans les urines de Carter, Rokocoko et Imhoff !
Une enquête du quotidien L'Equipe révèle ce vendredi que des traces de corticoïdes, produits interdits en compétition sans autorisation, sauf cas particulier, ont été détectées dans les urines de 3 joueurs du Racing 92, contrôlés à l'issue de la finale du Top 14 remportée par le club francilien face au Rugby Club Toulonnais le 25 juin dernier, au Camp Nou (29-21). Et non des moindres puisqu'il s'agit de Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff, soit trois acteurs majeurs de cette finale et grands artisans de ce sacre, le premier des Ciel et Blanc depuis 26 ans, puisque ce soir-là Carter avait inscrit 15 points au pied, Rokocoko s'était fendu d'un essai et Imhoff avait suppléé au pied levé, et avec brio, en tant que n°9 un Maxime Machenaud expulsé. Nos confrères expliquent que les trois joueurs ne disposaient pas des fameuses Autorisations à Usage Thérapeutiques (AUT), objet aujourd'hui de tant de suspicions dans le sport de haut niveau. Mais que cependant rien n'assure à ce stade que des sanctions seront prises dans ces trois dossiers qui, notifiés par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) à la Fédération Française de rugby (FFR), devront faire l'objet d'une investigation afin de déterminer, sous 40 jours, s'il y a matière à engager une procédure disciplinaire. Or, comme l'explique Christian Bagatte, responsable de la lutte antidopage à la FFR cité par L'Equipe, il existe dans la loi française un biais qui permet une défense rétroactive et une délivrance d'AUT a posteriori: "En droit français, il n'y a pas d'obligation absolue à avoir une AUT pour un médicament qui comporte une substance interdite. L'AUT va permettre de faciliter les choses. Dès lors que le joueur dispose d'une AUT, le dossier va être classé en quelques jours. S'il n'a pas d'AUT, il va y avoir une enquête par la Fédération, réunion à la commission médicale, et pendant tout ce temps-là, normalement, le joueur est suspendu." Le même Christian Bagatte qui, dans un article du site Rue 89 intitulé: Le rugby, sport à risques qui fait l'autruche et publié en 2013, relevait l'effondrement du nombre d'AUT délivrées, passant de 750 en 2009 à seulement... 30 en 2012 ! "Le problème, c'est qu'entre-temps les règles ont été modifiées. Il n'y a plus besoin d'AUT pour prendre du salbutamol comme un fou, ou de la cortisone. Les corticoïdes, il y en a, j'ai d'ailleurs des types qui se foutent en insuffisance surrénale, mais je n'ai aucune preuve...

Discussion sur l'actualité sportive

Créer une discussion


Voir tous les articles concernant
Voir tous les articles concernant