Derniers commentaires
Fil infos
 
 
 
 
Racing 92: L'affaire Carter-Rokocoko-Imhoff bientôt classée ?
Football - le 7 octobre 2016 à 14:45
Le coup de tonnerre, qui vient à peine d'ébranler le rugby français avec les révélations du quotidien L'Equipe sur la présence de traces de corticoïdes dans les urines de 3 joueurs du Racing 92 (Dan Carter, Joe Rokocoko, Juan Imhoff) lors de la dernière finale du Top 14, remportée face à Toulon (29-21), pourrait être classé sans suite dans les meilleurs délais. Rugby : les trois joueurs du Racing avaient signalé leur prise de corticoïdes https://t.co/F83KMZwBPj— Le Monde (@lemondefr) 7 octobre 2016 Selon Christian Bagate, le responsable de la lutte antidopage à la Fédération Française de rugby (FFR), joint par nos confrères du quotidien Le Monde, "l’instruction est terminée et la commission (d’appel de lutte contre le dopage de la FFR) va statuer rapidement". Et pour cause, toujours selon la même source, "le médecin du Racing a fait tout son travail dans les règles, et c’est dans le dossier". En clair, les joueurs incriminés avaient signalé dans les procès-verbaux de la finale leur traitement à base de corticoïdes (qui pourraient avoir pris la forme d'infiltrations locales). Charge désormais à l'encadrement médical du Racing 92 d'apporter la preuve que l'utilisation de ces substances visaient bien à soigner Carter, Rokocoko et Imhoff, et non pas à améliorer leurs performances. En l'occurrence de haute volée ce soir-là, au Camp Nou, où les trois cadres du club francilien avaient particulièrement brillé. "Reste à savoir si les méthodes et la quantité retrouvée dans les urines correspondent au produit qui dit avoir été pris, et à quelle date. Si l’on nous dit que l’infiltration a été faite il y a dix jours et que les taux ne correspondent pas, il y a un problème", indique Christian Bagate.  Mais à la lumière de ces dernières informations, on voit mal comment le Racing 92, et avec ses joueurs, pourraient faire l'objet de condamnations pour des faits de dopage. Quant à d'éventuelle sanctions, si sanctions il doit y avoir, elles ne seraient que minimes. Bref, a priori beaucoup de bruit pour rien, même si en attendant ces conclusions, le doute est désormais permis. On pourra le regretter ou au contraire s'en réjouir, selon sa sensibilité en matière de lutte contre le dopage. 

Discussion sur l'actualité sportive

Créer une discussion


Voir tous les articles concernant
Voir tous les articles concernant