Fil infos
 
 
 
 
Ciman et la Belgique maîtrisent la Bosnie
le 7 octobre 2016 à 23:07
Ciman et la Belgique maîtrisent la Bosnie
BRUXELLES - La Belgique, auteur d'un récital grâce à un très bon Eden Hazard, a confirmé son statut de favori du groupe H en prenant la mesure (3-0) de la Bosnie, considérée comme son adversaire le plus coriace sur la route devant mener au Mondial 2018 en Russie. Les Diables Rouges, sans quelques cadres blessés (Nainggolan, De Bruyne, Dembélé, Vermaelen, Kompany et Thorgan Hazard) ont d'abord éprouvé des difficultés à mettre la pression sur des Bosniens leur opposant un bloc solide. La rencontre a été très fermée jusqu'à la première occasion bosnienne signée Medunjanin à la 18e minute (envoi toutefois non cadré). Dans la foulée, la Belgique perdait Jordan Lukaku sur blessure (entorse). Un coup dur, pensait-on, pour une équipe déjà privée de nombreux défenseurs. Mais la sortie du frère cadet de Romelu contraignait la Belgique à passer à un système défensif à trois éléments au lieu de quatre. Un système qui mettait illico leurs adversaires en difficultés, grâce notamment à Thomas Meunier. Le joueur du PSG, très offensif, provoquait l'ouverture du score à la 27e sur un but contre son camp de Spahic, incroyablement maladroit sur un centre du Belge. Ce but coupait bras et jambes aux hommes de Mecha Bazdarevic qui sortaient du match, apparaissant étonnamment amorphes, à l'image des deux stars Pjanic et Dzeko, invisibles. La Belgique recevait un nouveau cadeau 120 secondes plus tard. Une perte de balle de la défense bosnienne profitait à Eden Hazard qui s'en allait tromper Begovic (son équipier à Chelsea) pour signer son 15e but en équipe nationale grâce à une série de dribbles déroutants. Nouveau système Tout devenait dès lors plus facile pour capitaine Hazard et ses équipiers qui en mettaient plein les pieds aux défenseurs adverses grâce à quelques mouvements très inspirés et qui faisaient 3-0 à l'heure de jeu sur à une déviation géniale de Toby Alderweireld à la réception d'un corner au premier poteau. Romelu Lukaku fixait ensuite le score à 4-0 d'une reprise enroulée en pleine lucarne. Pour le sélectionneur Roberto Martinez, successeur de Marc Wilmots, ce succès fait du bien après une défaite en amical face à l'Espagne qui avait laissé poindre de l'inquiétude en août et une première victoire guère impressionnante à Chypre (0-3) en qualifications quelques jours après. Par rapport à Wilmots, Martinez utilise les mêmes joueurs mais plus du tout le même système. Hazard, par exemple, a délaissé le flanc gauche et évolue en meneur de jeu axial en soutien direct de l'attaquant de pointe. L'équipe évolue aussi avec trois vrais attaquants (Yannick Carrasco et Dries Mertens chargé de servir Romelu Lukaku). Les joueurs se disent déjà « séduits ». « Tactiquement, tout est plus travaillé. Nous évoluons aussi plus haut », se réjouissait cette semaine le gardien Thibaut Courtois. La France repart de l'avant La France est repartie de l'avant en dominant la Bulgarie 4-1, vendredi au Stade de France, avec en prime un doublé du revenant Kevin Gameiro, cinq ans après sa dernière titularisation en Bleu. Les hommes de Didier Deschamps se sont ressaisis après la désillusion de leur triste match nul au Belarus (0-0). Ils ont désormais quatre points, comme les Pays-Bas, l'autre favori de ce groupe A, chez qui ils se déplaceront lundi dans un match crucial sur la route des qualifications pour la Coupe du monde en Russie. Au Stade de France, le penalty bêtement concédé par Bacary Sagna et transformé par le Bulgare Aleksandrov à la 6e minute, n'aura pas suffi à dissimuler bien longtemps la différence de niveau criante entre les deux équipes. Gameiro de la tête (23e), Dimitri Payet sur un centre-tir (26e), Antoine Griezmann après une perte de balle bulgare (38e), puis Gameiro, encore lui, sur une frappe de près à la conclusion d'un joli mouvement français (59e), ont permis aux Bleus d'assommer des adversaires bien friables. Un Ronaldo en très grande forme Le Portugal, battu par la Suisse (2-0) en ouverture des qualifications pour le Mondial-2018, s'est remis en selle en étrillant la modeste équipe d'Andorre (6-0) vendredi à Aveiro (nord), avec un quadruplé du revenant Cristiano Ronaldo. Les champions d'Europe en titre restent toutefois au 3e rang du groupe B de la zone Europe avec trois points, derrière la Suisse (6 pts) et les Iles Féroé (4 pts), leur prochain adversaire. Absent de la Selecçao depuis sa blessure en finale de l'Euro-2016, Cristiano Ronaldo a montré la voie en signant vendredi un doublé éclair dès la 4e minute de jeu, avec une reprise du gauche sur corner (2e) suivie d'un joli coup de tête au bout d'un centre de Quaresma (4e). Après un but de Joao Cancelo juste avant la pause (44e), le crack du Real Madrid a poursuivi son festival avec deux nouvelles estocades en deuxième période (47e, 68e), portant son record de buts avec l'équipe du Portugal à 65 réalisations en 134 rencontres. Aligné aux côtés de « CR7 », le jeune André Silva a fêté sa première titularisation en marquant son premier but en trois rencontres au service de la Selecçao (86e). Avec ce score fleuve, le Portugal a logiquement confirmé son statut de grandissime favori face à la 203e nation du classement Fifa, composée essentiellement d'amateurs et réduite à neuf joueurs dès la 71e minute. Les hommes du sélectionneur Fernando Santos auront l'occasion de poursuivre leur remontée dès lundi prochain, lors de leur déplacement aux Iles Féroé, avant de boucler l'année en recevant la Lettonie le 13 novembre. La Suisse s'impose en Hongrie La Suisse a confirmé son bon début de campagne en allant s'imposer 3-2 en toute fin de match en Hongrie, vendredi, lors de la 2e journée des qualifications pour le Mondial-2018 au terme d'une rencontre à rebondissements. Les Suisses avaient parfaitement entamé leur parcours vers la Russie en dominant le Portugal (2-0) à domicile il y a un mois. Et face à un adversaire, lui aussi présent en France lors du dernier Euro, ils ont conforté leur place en tête du groupe B en repartant de Budapest avec trois points très précieux. Les Iles Féroé, qui se sont imposés en Lettonie (2-0), occupent une surprenante 2e place devant le Portugal, qui a surclassé Andorre (6-0). Par deux fois, les joueurs de Vladimir Petkovic ont mené au score, avant cependant chaque fois de se faire reprendre. D'abord grâce à une réalisation de leur attaquant Seferovic (51e), qui reprenait une balle repoussée par le gardien magyar à la suite d'un premier tir de Shaqiri. Le milieu de terrain de Stoke avait au passage profité d'une toile du défenseur central hongrois de Dijon, Adam Lang. Deux minutes plus tard, l'attaquant hongrois Szalai inscrivait son premier but pour égaliser une première fois, avant de récidiver à la 71e minute, quand il remettait de nouveau à hauteur son équipe (2-2). Quatre minutes plus tôt, d'une belle reprise de volée, Rodriguez avait donné l'avantage aux Suisses, sur sa première réalisation en 38 sélections. A la 89e minute, Stocker, entré en jeu seulement deux minutes plus tôt, donnait la victoire à la Suisse, reprenant de près un ballon prolongé par deux têtes helvétiques à la suite d'une longue touche. Si les Hongrois, auteurs d'un nul (0-0) aux Iles Féroé lors de la 1re journée, ont déjà hypothéqué leus chances de qualification, les Suisses confirment, eux, leur statut de favori pour l'une des deux premières places. La Suisse se déplace lundi à Andorre tandis que la Hongrie ira le même jour en Lettonie, qui s'est inclinée 2-0 vendredi soir, à la surprise générale, à domicile face aux Féroé.

Discussion sur l'actualité sportive

Créer une discussion