Derniers commentaires
Fil infos
 
 
 
 
L'or pour Svindal en descente, Paradis 14e
le 15 février 2018 à 05:16
L'or pour Svindal en descente, Paradis 14e
JEONGSEON - Les conditions idéales de ski ont remplacé les vents violents au Centre alpin Jeongseon. Ce changement d'air n'a toutefois pas aidé Manuel Osborne-Paradis et les autres Canadiens lors de la descente masculine aux Jeux de Pyeongchang. Osborne-Paradis avait dominé la première séance d'entraînement, mais il n'a pu répéter l'exploit jeudi, se contentant de la 14e place en vertu d'un temps de 1:41,89. « J'ai suivi mon plan, a-t-il raconté. Tu commets quelques petites erreurs, mais c'est comme ça. J'étais un peu bas à un certain endroit sur la piste et j'ai réussi à effectuer un bon virage malgré tout. Je n'ai simplement pas été capable d'augmenter ma vitesse. » Aksel Lund Svindal (1:40,25) a mené un doublé norvégien sur le podium en compagnie de Kjetil Jansrud (1:40,37). Le champion du monde et Suisse Beat Feuz a complété le top-3 (1:40,43). Osborne-Paradis a reçu un peu plus d'attention chez les Canadiens après que le Montréalais Erik Guay eut décidé de se retirer des Jeux olympiques en raison de problèmes au dos, il y a deux semaines. Les deux skieurs étaient montés sur le podium l'année dernière, lors des Championnats du monde. Effectuant une quatrième présence aux Jeux olympiques depuis ses premiers à Turin, en 2006, Osborne-Paradis, d'Invermere en Colombie-Britannique, a perdu un peu de temps au haut de la pente, lorsqu'il a été déporté dans un virage. Il a tenté de corriger le tir et il a ensuite offert une performance très constante. La descente de 2,97 kilomètres lui sied bien. Connu pour ses impressionnants talents de glisse et sa finesse sur la piste, Osborne-Paradis n'a simplement pas eu le rythme nécessaire jeudi. La déception pouvait se lire sur son visage lorsqu'il a jeté un coup d'oeil au tableau indicateur. « Quand je suis arrivé au bas de la pente, je croyais que mon temps était meilleur », a-t-il avoué. La course était prévue dimanche dernier, mais elle a été remise en raison du mauvais temps. Les autres Canadiens ont terminé encore plus loin. Ben Thomsen, aussi d'Invermere, a pris la 28e position (1:43,19). Dustin Cook, de Lac-Sainte-Marie, s'est emparé du 32e rang (1:43,80) alors que Broderick Thompson, de Whistler, en Colombie-Britannique, a conclu l'épreuve au 35e échelon (1:44,37). Thomsen est un grand amateur de ses pistes plus agressives. Il se sentait bien au départ, mais il a rapidement tiré de l'arrière. « Je ne sais vraiment pas ce qui s'est produit, a-t-il fait savoir. Je devrai regarder la reprise et observer comment les choses se sont déroulées. Je me sentais bien et j'ai tout donné. Je suis très déçu d'avoir terminé à trois secondes du gagnant, mais ça fait partie des courses. » Cook se servait quant à lui de cette course en guise de préparation pour le super-G alors que Thompson s'abreuvait de sa première expérience aux Jeux olympiques. Osborne-Paradis a régulièrement terminé dans le top-20 lors des descentes de la Coupe du monde cette saison, mais il n'a percé le top-10 qu'à une seule occasion. Son ancien coéquipier Jan Hudec, qui représente maintenant la République tchèque, a pointé au 45e rang. Hudec, qui possède la double citoyenneté, a mis fin à une disette de 20 ans du Canada sans podium en ski alpin lorsqu'il a raflé la médaille de bronze au super-G, à Sotchi, en 2014. Svindal offre à la Norvège son premier titre olympique en decente Svindal tient enfin sa médaille d'or olympique en descente, la première de la Norvège dans la discipline reine aux Jeux. L'attente d'un pays de quelque cinq millions d'habitants, qui avait pu patienter avec cinq ors olympiques en super-G depuis les Jeux de 1992 à Albertville, dont ceux de Svindal (2010) et Jansrud (2014), avait été prolongée de quatre jours. En raison de rafales de vent soufflant jusqu'à 100 km/h au sommet, la descente avait en effet été reportée de dimanche à jeudi. Sur une piste relativement facile, sans mur ni saut exigeant, les meilleurs ont néanmoins dominé, profitant aussi du privilège réservé aux dix meilleurs du classement mondial de choisir leurs dossards impairs. Et, devant des tribunes clairsemées, la logique a été respecté avec Svindal, numéro 7. Ceux-là, tous des poids lourds (plus de 100 kg), avaient tiré les bons numéros, sous le soleil et sur une piste bosselée. Ensuite le vent s'est levé, pour freiner les concurrents notamment dans le goulet. Et la neige est devenue moins rapide. Désormais vétéran des champions olympiques de l'histoire en ski alpin, à 35 ans et 51 jours, Svindal avait manqué sur blessure il y a deux ans  la course de Coupe du monde sur la même piste. En prenant connaissance du tracé, à l'issue du premier entraînement il y a juste une semaine, Svindal avait jaugé : « Ici, il est facile d'arriver en bas, mais ce sera dur de gagner ». En février 2016, c'est Jansrud qui avait dominé la descente préolympique, devant Dominik Paris. Nettement en tête au 3e et avant-dernier temps intermédiaire, Jansrud a payé cher une mauvaise réception de saut et deux courbes « grattées ». Suffisamment pour que son aîné, emmenant plus de vitesse dans le schuss final, s'impose. « J'ai été surpris par le grand saut, la piste était devenue plus rapide », a admis Jansrud. Partenaires loyaux au sein d'un groupe restreint, Svindal, du haut de ses 1,95 m, a un ascendant psychologique sur son cadet, lequel l'a rarement devancé sur une même course. « J'ai fait une super section en haut, et une très bonne dans le bas. À l'arrivée, je pensais plus au podium qu'à la victoire », a indiqué le vainqueur. Classement final 1. Aksel Lund Svindal (NOR) 1:40.25 2. Kjetil Jansrud (NOR) 1:40.37 3. Beat Feuz (SUI) 1:40.43 4. Dominik Paris (ITA) 1:40.79 5. Thomas Dressen (ALL) 1:41.03 6. Peter Fill (ITA) 1:41.08 7. Vincent Kriechmayr (AUT) 1:41.19 8. Brice Roger (FRA) 1:41.39 9. Matthias Mayer (AUT) 1:41.46 10. Andreas Sander (ALL) 1:41.62 11. Max Franz (AUT) 1:41.75 12. Hannes Reichelt (AUT) 1:41.76 13. Mauro Caviezel (SUI) 1:41.86 14. Manuel Osborne-Paradis (CAN) 1:41.89 15. Aleksander Aamodt Kilde (NOR) 1:42.18 ... 28. Benjamin Thomsen (CAN) 1:43,19 32. Dustin Cook (CAN) 1:43,80 35. Broderick Thompson 1:44,37 ...  

Discussion sur l'actualité sportive

Créer une discussion